comment 0

Interview Robin GENOUX – 2012

Quel est ton parcours scolaire ?

Un bac L option arts plastiques puis une classe préparatoire Arts Plastiques, à Nice et Enfin les Beaux-Arts à Toulon ou j’ai eu mon DNSEP

Depuis quand crées-tu ?

Depuis l’enfance.

Quels ont été tes premiers travaux artistiques ?

Petit, je dessinais (surtout influencé par la BD, Franquin…) et je continue d’ailleurs. Mais c’est difficile à dire … A partir de quand déterminer qu’on change de registre des dessins d’enfant à aujourd’hui ? En classe prépa j’ai fait des séries de travaux inspirés de l’imagerie religieuse. Bon, ce n’était qu’un épisode, mais je pense que c’est un peu à partir de là que mon rapport à la créativité a changé.

Quel matériel/matériau utilises-tu ?

Un peu tout. Je n’ai pas de médium exclusif et je préfère toucher à tout: dessin, photo, volume, vidéo, etc.(si je devais choisir un médium de référence, ce serait plutôt la peinture alors que je n’en fais pas !). Depuis quelques temps j’aime bien travailler à des objets avec le moulage: silicone, résines, etc.

Comment utilises-tu la photographie ?

Comme un moyen de faire des images. Je fais du numérique plutôt pour l’aspect pratique, je suis malheureusement assez incompétent d’un point de vue technique. En fait la poétique et les problématiques spécifiques à la photo ne m’intéressent pas spécialement (dans ma pratique j’entends) et je ne me sens pas photographe – mais c’est quand même incontournable !

Comment définis-tu ton style ?

Je ne sais pas si j’ai un style. Je pense que je suis plutôt adepte d’un art de l’idée et dans une approche minimale, à l’économie. Et puis il y a un type d’humour aussi mais je ne saurais pas le définir.

Penses-tu faire parti d’un mouvement ?

Non.

Quelle est ta problématique ?

Plus ça va et moins je sais.  » Il n’y a pas de problème parce qu’il n’y a pas de solution « , ou inversement. Mes travaux prennent généralement pour point de départ des problématiques élémentaires – des questions de représentation, d’Image – que je tente d’aborder avec un souci d’économie de moyens, et si l’on peut dire, de concision. Ce qui donne lieu à des images ou des objets, fonctionnant sur des jeux d’oppositions (envers/endroit, superficialité/profondeur, vide/plein,etc.), la tautologie, ou la simple association d’idées et dans lesquels je fais souvent intervenir l’Histoire de l’Art, et certaines de ses images, qui sont un peu là comme des lieux communs. J’use aussi des mots et des jeux de langage.

Quelle est la journée type de Robin ?

Il ne s’y passe pas toujours grand-chose… Je suis plutôt contemplatif. Pour ce qui est création, je passe pas mal de temps à griffonner et à ruminer des idées, entre l’ordi et un papier. Quand je me colle à la réalisation c’est après une gestation longue, même pour des choses toutes bêtes.

Créatif du matin ou créatif du soir ?

Clairement du soir. C’est le moment où je me réveille.

Quels sont tes coups de cœur du moment ?

Du moment…je n’ai pas grand chose qui me vienne à l’esprit. Pour répondre un peu à côté de la question, j’avoue que toute la profusion de créations rendues visibles et disponibles par internet, etc. me laisse un peu perplexe.

Quels sont tes projets en cours ? À venir ?

En ce moment je ne sais pas trop où aller et j’ai plutôt tendance à reprendre des travaux anciens qui ne me satisfont pas, quitte à en faire autre chose; Sinon, il y a quelques dessins et un projet de recueil d’anagrammes commencé il y a pas mal de temps, mais c’est vraiment un boulot d’autiste et il faut que je trouve le courage de m’y coller.

interview robin genoux ceci ne vaut pas un clou

• HORS SUJET •

Te sens-tu artiste ?

Oui, mais au vu de ma productivité, je me demande si je le mérite.

Robin dans 10 ans ?

Je ne sais pas, je n’ai pas de plan.

Plutôt Léonard de Vinci où Duchamp ?

Bah, plutôt Duchamp, pour l’attitude.

Et Photoshop dans tout ça ? (Disons l’utilisation du numérique dans sa globalité)

Pour ce qui est du numérique dans le traitement et la manipulation d’image, je n’en fais pas et ce n’est pas mon truc (sauf pour la correction à minima des photos). Pourtant, je m’en sers souvent dans mon travail, mais plutôt au niveau de la pré-production et au final, ça ne se voit pas. Sinon je bidouille un peu pour des travaux ayant trait au graphisme ou à l’illustration, pour de rares commandes. J’aime bien Flash. Pour l’instant ça n’as pas vraiment de relation avec mon travail plastique mais on ne sait jamais.

Ta playlist du moment ?

Un peu de tout, classique, rock, chanson française. Au moment ou j’écris ces lignes, Joy Division.

Comme épitaphe, sur ta tombe, que pourra-t-on lire ?

Je ne sais pas, il faudrait que j’y songe, c’est un truc à ne pas rater. Mais bon, j’espère que j’ai encore le temps d’y penser.

Retrouvez son travail sur son site www.robingenoux-art.com

interview robin genoux bilboquet

Classé dans:BLOG, Non classé

About the Author

Publié par

Je gribouille avec un 2H, je clic-clac avec un Nikon et je suis libraire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s